Odile MAURIN

Le site et le blog

OdileMAURIN.fr

Titre principal (H1)

La constitution de la liste

photo des 69 candidats en février 2020

Après avoir finalement candidaté puis passé les 3 phases de sélection je me suis retrouvAprès avoir finalement candidaté puis passé les 3 phases de sélection je me suis retrouvée sur la liste des 69 candidats d’Archipel Citoyen pour la mairie de Toulouse, en 6e positionée sur la liste des 69 candidats d’Archipel Citoyen pour la mairie de Toulouse, en 6e positionAprès avoir finalement candidaté puis passé les 3 phases de sélection je me suis retrouvée sur la liste des 69 candidats d’Archipel Citoyen pour la mairie de Toulouse, en 6e position

Les 69 candidats en février 2020

Une campagne où Moudenc n'a cessé de m'attaquer

Juin 2020 :

🔴 Direct : Vidéo réponse aux allégations diffamatoires du clan Moudenc contre Odile Maurin, candidate sur la liste Archipel Citoyen ✅

https://www.pscp.tv/odile31/1eaKbzMQOevKX?fbclid=IwAR3GTrZ0n8k0NragAUhD1n-6R4T1Ub2NmginbdoC3gOEM4qFE63upMcIPh

“Déclaration d’Odile

Odile Maurin candidate Archipel Citoyen :

Jean Luc Moudenc, ses colistiers, ses soutiens et ses trolls n’ont cessé ces dernières semaines de me diffamer publiquement, me présentant comme une
personne capable d’exercer des violences sur des policiers, de casser, et d’appeler au meurtre de policiers. Et d’être une repris de justice.

Je n’ai pas souhaité répondre à cette campagne de caniveau de la part de mon adversaire que je connais de longue date et j’ai préféré miser sur l’intelligence des toulousains, et surtout, débattre du fond et parler programme.

Si je ne m’interdis pas de saisir la justice pour faire sanctionner ces débordements, J’ai malgré tout souhaité à l’occasion de cette fin de campagne rappeler qui je suis réellement.

Je suis une personne en situation de handicap, porteuse d’une maladie génétique rare, me déplaçant en fauteuil roulant électrique et j’ai aussi une personnalité atypique, fruit d’une différence neurodéveloppementale appelée aussi syndrome d’asperger.

Depuis 20 ans j’habite le quartier du Mirail à Toulouse, et je me bats au sein de mon association Handi-Social pour les droits des personnes en situation de handicap. Je suis aussi depuis 2013 conseillère du CESER où je représente les associations de personnes handicapées. Pour rappel le CESER est la 2e assemblée régionale qui émet des avis sur les politiques régionales

Après un combat de 10 ans où j’ai fini par faire jurisprudence devant le conseil d’Etat, faisant condamner la COTOREP, ancêtre des MDPH, j’ai commencé à participer et à siéger dans diverses commissions de la ville, de la métropole, du département et de la région.

Mon expertise est aujourd’hui largement reconnue, à tel point que mon avocate Maitre Nathalie Dupont, ex bâtonnière m’a sollicitée en octobre 2018 pour faire une présentation sur le droit MDPH dans le cadre de la formation professionnelle des avocats du barreau de Toulouse.

D’ailleurs en février 2019 dans un article de France 3 Occitanie, le journaliste écrivait à mon propos « son avocate, l’ex bâtonnière de Toulouse Nathalie Dupont, qui l’a accompagnée pendant 10 ans dans son combat pour faire reconnaitre ses droits évoque ses compétences exceptionnels. Elle a une réelle intelligence pour comprendre les textes (de loi). C’est une battante, de sa maladie elle a fait un atout, assure l’avocate.


Ces dernières années, avec mon association Handi-Social, face au recul de nos droits, nous sommes finalement passés à des actions de désobéissance civile (non violente), lassés de voir nos droits reculer. En effet, c’est l’ONU dans son rapport de 2019 qui accuse la France de ségrégation, de privation de liberté et d’atteinte aux droits humain en matière de politique handicap.

Alors oui, j’ai, avec mes camarades d’Handi-Social, bloqué un convoi des pièces de l’Airbus A380 dans le Gers, organisé des opérations péage gratuit avec nos fauteuils roulants et nos cannes blanches, bloqué un TGV, des cimenteries et enfin, les pistes de l’aéroport de Blagnac. J’ai aussi dénoncé médiatiquement le clientélisme et le favoritisme du clan Moudenc.

Contrairement à l’image que Moudenc tente de donner de moi, quitte à me diffamer en me présentant comme une casseuse, une dangereuse Gilet jaune, appelant au meurtre de policiers, et sous entendant qu’en cas de victoire, je descendrai les allées Jean Jaurès à la tête des chars russes, le couteau entre les dents et trainant les cadavres des enfants que j’aurai préalablement dépecés. Soyons sérieux 2 mn !

Dans cette affaire, ce qui est surprenant, c’est que Monsieur Moudenc et son équipe me connaissent parfaitement, puisque je travaille avec ses équipes d’élus et d’agents de la collectivité au sein de différentes commissions, pour certaines d’ailleurs dans lesquelles il m’a nommée, et que nous avons eu l’occasion de poser ensemble dans des photos lors de signature de documents officiels ou d’inauguration et que je ne l’ai jamais vu sortir son armure à ces occasions.

Il est vrai que je suis une adversaire déterminée de sa politique, de façon argumentée et factuelle, que j’ai fait condamner Toulouse Metropole Habitat présidée par l’un de ses adjoints et que je l’ai obligé à accomplir enfin le recensement des logements accessibles qu’il avait omis de réaliser et qu’il a donc lancé avec 13 ans de retard. Et que je m’apprêtais à saisir de nouveau la justice face au non respect répété de ses engagements en matière de mise en accessibilité du réseau de transport collectif.

Grâce à mes actions, avec les militants d’HS, auprès de diverses collectivités et services publics, nous avons obtenu que la région n’utilise pas au maximum le délai prévu par la loi pour la mise en accessibilité des quais SNCF et même qu’elle finance les travaux à la place de la SNCF.

Nous avons de plus obtenu que la mise en accessibilité de la gare Matabiau ne soit pas encore reportée à 2024 voire plus, et nous avons aussi obtenu dans le cadre de la loi ELAN que la réduction initiale de logements neufs accessibles soit moins importante que prévue. Sans parler des très nombreuses situations
individuelles que j’ai défendues dans différentes instances depuis près de 20 ans.

On peut s’interroger sur la coïncidence entre les attaques diffamatoires et minables que je subis de la part de Mr Moudenc et de ses équipes et mon engagement au sein de la liste d’Archipel Citoyen, engagement intervenu après que j’ai été plébiscitée par de nombreux toulousaines.

Alors que lors des vœux 2020 de Mr Moudenc auxquels il m’avait invité comme chaque année, Jean Michel Lattes son premier adjoint, est venu me trouver pour m’assurer de sa sympathie et du fait que personne ne pourrait prendre au sérieux ma condamnation pour de supposées violences contre la police. Alors que j’ai moi subi des violences policières lors d’une manifestation où comme à mon habitude, j’étais totalement pacifique, j’ai été victime de 5 fractures du pied et d’une trentaine d’hématomes sur tout le corps, et j’ai porté plainte.

Pourtant, à l’issue d’un procès où un magistrat à refusé de visionner les preuves de la responsabilité de la police dans mes blessures, avec deux policiers m’accusant de les avoir violenté bien que ces derniers n’aient jamais présenté aucun certificat médical, aucun constat de légiste et encore moins, la moindre
preuve. J’ai donc effectivement été condamnée mais j’ai bien évidemment fait appel de la décision.

Alors que j’ai proposé à plusieurs reprises à Mr Moudenc et ses équipes, des débats publics contradictoires, il a toujours refusé de m’affronter dès qu’il
s’agissait d’aborder le fond des problèmes de manière argumentée et transparente.

Malgré tout, parce-que je suis une républicaine et démocrate, et que demain, nous siègerons tous deux au sein du conseil municipal, je l’invite vivement à
changer d’attitude et à se montrer enfin à la hauteur du siège qu’il a occupé pendant de trop nombreuses années.

Et bien évidemment, en tant que démocrate, je respecterai son droit à la parole quand il sera dans l’opposition, même si j’attends de lui et de ses équipes, que le niveau des débats s’élève enfin dans l’intérêt des Toulousaines et des Toulousains.

Alors si vous vous posez encore la question suivante : « Pour qui je vais voter ce dimanche 28 Juin », moi « j’ crois que la réponse, elle est vite répondue
»…

Mon direct du 25 avril 2020 suite à un tweet partagé par erreur :

Mea culpa : je suis non-violente et NON, je n’appelle pas au meurtre de policiers !

 

https://www.youtube.com/watch?v=K4CMA27R80o

TITRE DE NIVEAU 2 (H3)

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.